Des copistes à l'imprimerie




  • Le livre ormanais : de la corporation des "copistes" à l'ère de l'imprimerie



    La production intellectuelle à Oman ne date pas d’aujourd’hui. Plus que millénaire, elle se caractérise par sa diversité, sa richesse, englobant toutes les branches du savoir. Les auteurs omanais se distinguent par leur esprit encyclopédique, certains de leurs ouvrages pouvant atteindre 90 volumes. C’est par ailleurs ce qui distingue ces auteurs de la majorité de leurs homologues arabes.

    Depuis les premiers siècles de l’islam, les auteurs omanais ont abordé tous les domaines de la connaissance. Ils ont excellé à la fois dans les traités d’exégèse (tafsir) du Saint Coran, des Propos du Prophète, de la jurisprudence islamique (Fiqh), les Fondements de l’Unicité (Oussoul al-Tawhid), les sciences de la langue arabe (Ouloum al-Lougha al-Arabiya), l’histoire et le soufisme tout comme dans la médecine, l’astrologie, l’astronomie et les sciences de la mer.

    Les auteurs omanais se sont illustrés par leurs méthodes pédagogiques dans l’apprentissage des sciences humaines ou exactes. Partant du fait que les Arabes apprennent plus facilement et plus rapidement la poésie, ils ont mis en vers les livres de sciences et de sciences humaines.

    Le plus ancien livre omanais connu est un ouvrage encyclopédique intitulé Diwan Jaber qui remonte au Ier siècle de l’Hégire, écrit par l’Imam Jaber Bin Zayd Al-Omani.Il s’agit d’une précieuse encyclopédie consacrée aux sciences de la religion, plus particulièrement aux propos du Prophète. Bien que ce volumineux ouvrage ait été perdu en raison des guerres, nombreux cependant sont les anciens auteurs qui l’avaient lu et largement cité. Il ne nous en nous reste aujourd’hui que de petites bribes.

    Au IIe siècle de l’Hégire, un autre pionnier Omanais, l’Imam Al-Rabih Bin Habib Al-Azdi publie un recueil de hadith (propos du prophète) scientifiquement référencés et authentifiés intitulé : Mousnad al-Imam al-Rabih. C’est l’un des plus importants livres consacrés à cette question. Depuis, on ne compte plus les auteurs omanais ayant publié d’innombrables ouvrages dans toutes les branches de la connaissance.

    Rappelons que le ministère omanais du patrimoine et de la culture dispose à lui seul aujourd’hui de 5000 manuscrits sur un total de 45000 manuscrits dispersés dans le pays et chez les privés. Seul un petit nombre de ces manuscrits a été authentifié et publié, ce qui donne une idée du travail de recherche et de vérification qui attend les chercheurs et les éditeurs.

    L’Etat et les organisations culturelles privées mobilisent d’importants moyens pour que ces trésors sortent de l’ombre et soient édités.

    Oman est également célèbre pour la qualité de ses copistes qui faisaient office d’éditeurs et d’imprimeurs avant l’avènement de l’ère Gutenberg…

    Avec l’apparition de l’imprimerie, les Omanais s’étaient appliqués à mettre en valeur leurs précieux manuscrits qui comportaient des trésors de connaissances. Ils s’étaient alors dirigés vers l’Inde puis vers l’Empire ottoman pour les imprimer. En 1882, l’imprimerie royale (Al-Matba’a al-Sultaniya) voit le jour à Zanzibar (alors partie intégrante du Sultanat d’Oman) ouvrant ainsi la voie au grand essor du livre omanais malgré une période difficile que traversait alors le pays.

    Aujourd’hui, avec les nouvelles technologies de presse, le secteur de l’édition connaît un véritable boom et le nombre de titres publiés chaque année ne cesse de croître.

Nous utilisons des cookies pour faire fonctionner ce site Internet, améliorer son utilisation et vous proposer des offres et services adaptés à vos centres d'intérêt. Veuillez noter qu'en utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de cookies. Pour toute information sur les cookies notamment comment les gérer, cliquer ici